022 732 79 25 ste-trinite@cath-ge.ch

Le Décalogue 1 de Krzysztof KIEŚLOWSKI (1989, Pologne, 54’)

 

Le cinéaste

 

Élève de la prestigieuse école de cinéma de Lodz dont il sort diplômé en 1969, Krzysztof Kieślowski commence sa carrière avec des documentaires avant de passer à la fiction. Dès ses premières réalisations, il dénonce les incohérences du système communiste. On retrouvera ces thématiques dans ses fictions comme L’Amateur (1979), où un cinéaste amateur saisit malgré lui les dérives du système, ou Le Hasard (1981) où le même personnage, Witek, deviendra prêtre, syndicaliste ou médecin selon les caprices du destin. Le film sera ultérieurement perçu comme une parabole sur l’engagement dans la Pologne des années Jaruzelski. Sans fin (1984) marque les débuts de sa collaboration avec l’avocat Krzysztof Piesiewicz qui se poursuit jusqu’à sa mort. La reconnaissance internationale vient avec le Décalogue (1989-1990) initialement réalisé pour la télévision polonaise. Il est surtout connu pour La Double vie de Véronique (1991) et la trilogie Trois couleurs (Bleu/Blanc/Rouge).

 

Le film

 

Pour ce second volet du Décalogue, Krzysztof Kieślowski invente un duel entre un médecin et sa patiente : enceinte, au chevet de son mari mourant, elle lui réclame un avortement puisque l’enfant qu’elle porte provient d’un autre. De ce quiproquo tragique, le cinéaste extirpe un film douloureux sur la condition humaine, mais aussi les notions de vérité et de mensonge. Sous ses yeux, Krystyna Janda campe une femme piégée par le destin, qui ne sait plus si elle doit continuer à exister ou céder à sa pulsion de mort. Face à elle, son principal antagoniste ne lui renvoie que l’angoisse, la mélancolie et la solitude d’une situation où elle seule demeure capable de décider ou de renoncer. Avec sa propre sensibilité, le réalisateur démontre comment les actes de chacun se répercutent inexorablement sur la vie des autres.